la suite

IMG_4006

En novembre je disais ici que mon boulot était compliqué. Aujourd’hui, ça se confirme.

Ce matin, j’ai observé les premières pousses des tomates cerises que j’ai semées au début de mon arrêt de travail. Car oui, je suis en arrêt de travail depuis le 1er mars, jusqu’aux vacances de Printemps.
C’est monté tout doucement. Un mal-être que je pensais du aux circonstances : débuter c’est dur, ne pas avoir autant de liberté qu’espéré, partager une classe, et d’autres évènements particuliers. Mais c’était plus que ça.

Avec le recul, il y a eu des signes, je somatisais. Avant les dernières vacances, je disais vouloir revenir à moi, je m’étais perdue dans ce début de nouvelle carrière.
Alors c’est ce que j’ai fait, je me suis retrouvée : stage de pratique artistique, ressortir l’appareil photo (voir ici), cinquième tatouage et tournée de Dunkerque.
À la rentrée, ça a éclaté, j’étais malheureuse.

Le résultat est là : je ne suis pas faite pour ce métier. Il y a plusieurs facteurs. Je n’entrerai pas dans les détails. Je n’ai plus personne à convaincre, je suis sûre de moi.

Je suis sûre que je peux trouver un métier dans lequel je pourrai exploiter toutes les facettes de ma personnalité : la science, la création, l’art, la communication, le relationnel, la recherche perpétuelle.

Il y a quelques années, j’ai poussé une de mes meilleures amies à ne pas continuer dans un domaine qui ne la rendait pas heureuse. Récemment, j’ai discuté avec une autre du fait que notre génération réfléchit beaucoup à la place du travail dans sa vie.
On n’aura pas qu’un poste, pas qu’un métier même. J’ai fini mes études il y a presque 7 ans, j’ai occupé 8 postes et envisagé 5 carrières (certaines n’ont pas dépassé l’étape de l’idée évidemment).
Je ne vois pas énormément de possibilités :

  • un travail rémunérateur laissant du temps pour les facettes non exploitées professionnellement,
  • un travail où je suis moi en entier.

Non, je ne vois pas d’autre choix.

Alors c’est reparti pour la recherche (j’ai même postulé pour un travail qui me semble fait pour moi, synthèse de tout mon parcours) ! Mais je suis bien décidée à ne pas vivre ma période d’inactivité de la même manière que la dernière fois (soit la déprime totale).
Je profite du temps que me donne mon arrêt pour essayer : je fais des trucs !

J’ai donc semé de quoi commencer un potager. Je pense à la permaculture pour notre mini-jardin. Je remercie d’ailleurs le film Demain pour m’avoir rappelé que ça existait. Si vous ne l’avez pas encore vu, courez-y. J’étais sceptique mais c’est vraiment très inspirant et positif.
Je prends soin de moi : je relis mon livre sur la méditation, je me vernis les ongles, je mets du rouge à lèvres.
Je me suis cousu des cotons démaquillants lavables, j’ai tissé deux éponges tawashi. J’ai acheté ce qu’il faut pour faire du liquide vaisselle, des nettoyants ménagers et ma lessive (merci au blog Mango&Salt pour cela). Je vais à l’Amap (légumes et produits laitiers de Bretonne Pie Noire ♥︎), je pense à ma consommation, je pense zéro déchets. J’envisage de changer de distributeur d’électricité, de changer de banque.
Je me remets à l’écriture pour Dunkerque.

En un mot : je revis !

De temps en temps, ça fait du bien de réfléchir à sa vie, à qui on est, qui on veut être.

Les commentaires sont fermés !